Recherche sur  les termes  des bujutsu

 


Compréhension philosophique des termes liés à la pratique
quotidienne des Arts pratiqués à l'AIRBJ


Extrait d'explications fournies lors de MONDO

Il existe dans la langue japonaise une série de mots qui ne se traduisent que fort mal dans les langues étrangères. Il se peut même qu’il soit difficile de les comprendre hors de leur contexte. Essayons cependant de les comprendre au-delà du superficiel.


BA ... GIRI...

BA de Baku Fu = Shogounat Giri = Obligation , Devoir

 " Ba " que l’on peut traduire par " lien ", ou soumission , et " Giri ", qui est " devoir ".

BATTO (dégainer) ou NUKI TSUKE(dégainer)
Dans " Nuki-Tsuke " L’art de dégainer est tellement complexe et comprend tant de choses à faire en même temps,  tant de gestes à accomplir,  tant d'opposition et de complémentarités, tant de  petits gestes qui ne doivent en faire qu'un seul, qu'un débutant aura du mal à réaliser cette technique. Mais, on ne peut pas faire autrement, commencer par le commencement, sortir le sabre du fourreau !

CHIBURI

secouer le sang =faire son salut Cet acte revêtait une grande importance pour le samurai. Celui qui le réalisait prouvait qu'il était en vie car il pouvait remettre son sabre dans son fourreau (NOTO).
C’est une phase d’une très grande importance pratique, une question de vie et de mort , c’est préserver l’avenir. On doit donc l’exécuter avec le plus grand soin, avec la plus grande vigilance.






DOGI ou GEIKOGI
Costume pour l’entraînement aux arts martiaux dans un DOJO, appelé différemment selon les disciplines : JUDOGI, KARATEGI, AIKIDOGI, KENDOGI, etc ...   (DO = voie, GI = habit)
DO = Voie ou chemin spirituel suivi par les adeptes d’une discipline martiale dans la recherche de l’évolution du corps JUTSU  et de l’esprit .
Le concept de DO fait partie intégrante des BUDO et KOBUDO, sans lequel ceux-ci ne seraient que de simples techniques de combat.





DOJO

DO = La voie ou Chemin,  JO = le lieu

En pénétrant dans un DOJO pour la première fois, les occidentaux sont souvent gênés ou impressionnés. Vous pénétrez dans un monde différent où il n'y a plus d'évidence. La véritable signification du DOJO devrait être basée sur la purification et la moindre de nos pensées intimement rattachées au concept si fondamental dans le Shintoïsme.
Lorsque l'Ego est libre de tout préjugé, et de toute habitude, qu'il se tient pur et réceptif, alors seulement une communion véritable peut avoir lieu. Elle le sera au moment précis de la méditation en commun dans le salut. Après ce court moment de recueillement, l'esprit du groupe sera prêt à progresser vers une communion encore plus profonde. Au silence général succède le silence des pensées individuelles. Cet instant obtenu, il règne dans le DOJO une atmosphère particulière que son espace volontairement structuré, organisé, moment plus solennel et plus intense encore par le sentiment d'interdépendance inconsciente entre tous les pratiquants, qui s'établit à partir du SENSEI. Présence indispensable qui abolit tout esprit de dissémination, et efface toute possibilité de duperie.





FUDOSHIN              
FU, préfixe négatif de la langue japonaise  DO, mouvement SHIN : esprit

Cette notion exprime l’esprit dont le cours ne peut être dévié, ni arrêté. L’être humain, d’une manière générale, subit les événements plutôt qu’il ne les contrôle. Il est à la merci de ses sensations et de ses émotions. Comme un bateau sans gouvernail , il jubile ou déprime selon qu’il est sur la crête ou au creux de la vague. Même sur une mer calme, il se laisse entraîner par le courant dominant dans une direction dont il finira par se persuader que c'est lui qui l'a choisie.
C’est peut-être une image un peu sombre de notre destinée,  elle n’en n’est pas moins le reflet de la vérité. Il suffit de regarder autour de soi (ou dans un miroir) pour s’en convaincre.






HYOSHI le rythme, le tempo
Toute création a son rythme, ainsi en musique, si le rythme est différent, il est difficile de reconnaître un morceau. La musique fait passer un sentiment, une beauté.
Pour le guerrier, c’est tout à fait différent. Il n’a pas de message à transmettre, il faut qu’il arrive à vaincre. Le HYOSHI de ses techniques doit être basé sur l’efficacité, non sur l'apparence . On ne doit jamais s’entraîner au même rythme, comme le souffle de la vie qui varie selon que l'on marche ou court,que l'on ressente de la joie, de la peine ou de la peur. Faire plusieurs techniques d’attaque sur la même cadence est dangereux. Le dernier sera toujours fatal, car l’adversaire a compris le rythme, il peut ainsi prévoir comment   gagner avec détermination (KIME).

      



MA AI